Comment sont remboursés les frais de consultations de médecine alternative ?

De plus en plus de français trouve en la médecine douce une alternative plus pratique et efficace que la médecine conventionnelle. Et de plus en plus de praticiens proposent leur service à domicile ou en cabinet.

C’est quoi comme médecine ?

Il existe plusieurs dénominations pour cette variante de la médecine. Que cela soit médecine douce, alternative, holistique ou bien parallèle. Toutes ses dénominations sont regroupées par le fait de renier toute connaissance scientifique du corps humain. C’est-à-dire que les praticiens sont tous en majorette des personnes ayant suivi des séminaires sur la médecine non conventionnelle. En médecine non conventionnelle, le corps humain est considéré comme une interdépendance d’élément qui fonctionne dans un seul et même sens pour garantir la santé. Il existe actuellement plus de 150 praticiens en France et leur connaissance se base principalement sur la médecine non conventionnelle indienne ou chinoise comme acupuncture efficace pour les maux de tête, les troubles du muscle. Officiellement, la législation française ne reconnait que quatre pratiques en médecine non conventionnelle même si leur efficacité n’est pas reconnue par aucune donnée scientifique. Ainsi donc les ostéopathes, acupuncteur, massothérapeute ou homéopathe sont habilités officiellement à pratiquer. Mais une question se pose, le remboursement consultation médecine alternative est possible ? Les médecines alternatives sont de plus en plus plébiscitées par les Français. La prise en charge de la part de la Sécurité sociale est très faible dans le remboursement des frais de médecine douce. Il est tout à fait possible de trouver une bonne Mutuelle Mieux-Etre pas chère qui vous confèrera, pour un niveau de cotisation qui respecte votre budget, des garanties et remboursements satisfaisants pour vos frais de santé.

La prise en charge

Dans sa mise en place, le système de couverture santé français prévoit une prise en charge des frais de médecine conventionnelle sous des conditions précises. Premièrement, seul un médecin confirmé ou attitré d’État peut prescrire les séances chez les praticiens. Le non-respect de cette condition soumet le patient à une rédaction de sa couverture maladie. Deuxièmement, la prise en charge ne peut être validée que si la patiente à solliciter un praticien autorisé par les autorités publiques a exercé son métier de médecine parallèle. Le fait d’avoir à un praticien qui n’est pas reconnu officiellement soumet l’assureur au refus de sa prise en charge. Et enfin, une déclaration officielle doit être faite sur l’état de santé et l’avancer du patient avec le nombre de séances faites.

Les praticiens attitrés

En matière de santé, il n’est pas facile de se prononcer. Sur tout s’il s’agit de choisir son praticien. Beaucoup de prestataires n’ont aucune qualification ni formation. On risque donc de tomber sur des arnaqueurs. Pour être assuré des compétences du praticien, il est plus sûr d’être orienté par son médecin. En principe, les médecins dispos d’information sure mise à disposition par l’ordre des médecins de France. Il est aussi possible d’avoir directement recours au répertoire officiel des praticiens et/ou d’avoir les avis des amis, il se peut qu’il consulte aussi et puisse vous orienter.

Comment utiliser la fleur de Bach ?
Que se passe-t-il dans le cerveau lorsqu’on est hypnotisés ?